AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Maitre Heller - complicated relationship 100 %

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité


Invité




What you do it's who you are
Are you free for a moment?:
Are you doing something?: Aucune intrigue en cours
You & Other:
MessageSujet: Maitre Heller - complicated relationship 100 % Mar 9 Nov - 18:46

Sapphire Elena Heller





(c) Sour yesterday






(c) Cyrine



prénom(s) ▬ Sapphire Elle, des prénoms peu communs qui correspondent parfaitement à la demoiselle qui n'aime pas vraiment se fondre dans des stéréotypes fermés.
nom ▬ Heller. Le nom de son père, un nom reconnu dans le monde juridique. Peut être aura t-elle bientôt un nouveau patronyme si les choses avancent dans son sens, qui sait ?
surnoms ▬ Saph Son prénom n'étant pas le plus simple, son surnom ne l'est pas non plus.
âge ▬ 28 ans
statut ▬ ??? plus en couple que célibataire mais c'est compliqué
groupe ▬ Juridique




    oO Ever Ever After Oo


    Il y a deux personnes en elle. Elle change du tout au tout lorsqu’elle est au travail. La jeune femme gaie à tendance à s'endurcir. Dans sa vie privée, la jeune femme est assez simple à vivre en général. Il est difficile de la mettre en colère. Elle est rêveuse et romantique comme la plupart des filles de son âge et rêve du prince charmant. Elle adore les fruits rouges et succombe toujours à cette coupe glacée. Sapphire est très proche de sa famille et leur parle régulièrement au téléphone quand ils ne peuvent pas se voir. Elle est une fille têtue et impatiente et ces défauts qui se retrouvent dans les deux facettes de sa personnalité. Elle est très loyale en amitié. Elle se met à bafouiller quand elle est très gênée. Quand tout ne va pas comme elle le désire, elle prend souvent les choses en main. Elle se montre souvent séductrice pour obtenir ce qu’elle veut surtout quand elle souhaite fidéliser un petit ami potentiel. C’est ce qu’elle fait d’ailleurs pour pousser l’homme qui lui plait dans ses bras. Elle déteste les hommes machos. C’est une fille sportive. Elle a besoin de se défouler et pratique le close combat. Elle est également très féminine et adore la mode. Elle succombe à l’achat compulsif de vêtements couteux quand elle se sent mal. Elle adore le théâtre et pratique son métier comme si elle jouait sur scène. Au travail, la blonde peut parfois se montrer à fleur de peau et se met facilement en colère quand quelque chose la révolte. Elle est sensible même si elle le cache derrière un avenant froid lorsqu’elle travaille. Elle est idéaliste et déteste perdre une affaire en sachant qu’un criminel ressort libre. Elle est redoutable lorsqu’elle est au tribunal et se comporte comme un vrai requin là-bas. Elle évite généralement de mélanger amour et travail. Elle pratique parfois l’humour noir mais déteste les blagues sexistes. Une dernière chose, Sapphire est une féministe non déclarée ce qui ne rend pas toujours ses relations faciles avec les hommes.


    oO Let's Write Something Down Oo


    Sapphire Heller, actuelle membre du bureau du procureur mettait les pieds au FBI pour la toute première fois depuis très longtemps. La situation n’était pourtant pas idéale. Elle devait passer un entretien avec un psychologue. Depuis qu’elle avait reçu sa lettre de convocation, la blonde se demandait pourquoi on voulait voir des membres qui n’appartenaient pas au FBI. Non pas qu’elle y voyait un inconvénient, mais elle n’aimait pas particulièrement parler d’elle. C’était une fille secrète et dans son métier, c’était une qualité primordiale. Elle travaillait peu avec les agents de toute façon. De plus, elle n'avait pas du tout envie de parler de l'attentat. C'était bien pour cette raison qu'on la convoquait, c'était certain. Après avoir passé les formalités de sécurité et avoir reçu un badge de visiteur au comptoir d'accueil, elle emprunta l'ascenseur. Une fois arrivée à l'étage indiqué, il sembla clair qu'elle n'était pas la seule à avoir reçu la charmante invitation.Sapphire se fit annoncer à la secrétaire, s’essayant d’une manière rigide sur l’un des sièges mis à disposition. Ses yeux analysaient méthodiquement les gens présents. Ils étaient plusieurs à travailler dans ce cabinet. Sapphire ne s’était même pas renseignée pour savoir qui allait la recevoir. Etait-ce un homme, une femme ? De toute façon, ça ne risquait pas de changer quelque chose à la situation. Elle détestait qu'on tente de l'analyser.

      - Mademoiselle Heller ? Suivez-moi s’il vous plait.


    La blonde releva brusquement la tête, sortie de ses pensées par un homme d'âge moyen qui lui tendait la main en souriant. Sapphire entra dans un bureau spacieux, avec une grande baie vitrée donnant sur l’agitation de la rue. L’endroit inspirait la confiance. Elle se demanda un instant ou elle était supposée s’asseoir, sur le divan ? Elle sourit.

      - Bonjour et bievenue. Installez-vous, maitre Heller. Je suis le docteur Kelman.
      - Bonjour.


    La proc s’installa sur le siège en face de celui du psy, croisant les mains sur ses genoux très sagement. Elle observa l’homme, la trentaine entamée, des cheveux blonds, le look surfeur californien. Il était séduisant. Peut-être aurait-il moins de réticences à s’engager dans une relation sérieuse ? Se fustigeant intérieurement, elle se mit à observer les murs décorés de diplômes. C’était plus sur. Une plante verte décorait un coin de la pièce. Elle commençait de se détendre lorsque la voix de l’homme au costume noir résonna dans la pièce.


    Ma première question sera toute simple. Parlez-moi un peu de votre vie. Votre enfance, vos parents…

    La question surprit la demoiselle qui haussa les sourcils. Elle s’attendait à attaquer directement le morceau principal, l’attentat qui avait eu lieu. Mais après tout, c’était une tactique qu’elle adoptait également en interrogatoire, poser des questions simples pour aller progressivement vers les situations plus difficiles. Il tentait de la mettre à l’aise. Elle décida d’être franche. Elle n’avait pas vraiment de temps à perdre ici. Plus elle dirait la vérité, plus vite se serait fini.

      - Oh ? Et bien, je suis la plus jeune d’une famille de trois enfants. J’ai deux frères ainés, Tom et Will. Nous sommes très proches. Je travaille avec Tom. Will est chirurgien. Ils se sont toujours montrés très protecteurs avec moi. Enfin, vous savez comment ça fonctionne. Ils m’ont au moins été utile pour apprendre à me défendre. Quant à mes parents, ils sont adorables. Parfois, ils me rendent folles à me parler de fonder une famille mais je crois qu’ils espéraient que je serai la première à me marier. Ce n’est pas le cas. Mes deux frères ont déjà une famille. Je ne suis pas sure que ça arrivera de sitôt avec moi… Mon travail est très prenant. Dites moi vous avez une famille docteur ? Pardon, je suis incorrecte. Ou en étais-je ? Ah oui, j’ai passé presque toute ma vie à Seattle. J’ai étudié à Yale le droit pendant plusieurs années et j’ai fini par passer le concours d’avocat à Seattle. Je suis proche de ma famille. Je ne voulais pas vivre loin d’eux. Même si on ne se voit pas toutes les semaines, chacun sait qu’en cas de coup dur, les autres seront toujours là. C’est réconfortant. On a tous besoin d’une famille. Je suis proche de mes belles sœurs et je suis même la marraine de la fille ainée de Tom. Parfois, je suis un peu jalouse de leur bonheur. Ils ont réussi à concilier carrière et famille…


    Elle s'arrêta, stupéfaite d'en avoir tant dis. Il était vraiment doué pour faire parler les gens. La proc se mordit la lèvre, elle espérait vraiment ne pas aborder les questions liées à sa vie personnelle. Mais visiblement, elle n'allait pas y échapper. Ses yeux suivirent le crayon naviguer sur le dossier. Qu'était-il en train de noter ? Est ce que son évaluation n'était pas bonne, elle ne pourrait plus travailler ?


    ♣ Parlons maintenant de ce qui s'est passé il y a maintenant deux ans. Étiez-vous dans le bâtiment ? Que s'est il passait pour vous à ce moment-là ?

    Elle sourit. Voilà, la question tant attendue était arrivée. Allait-elle passer pour une sans cœur en disant la vérité ? Elle devait admettre que l’attentat lui avait semblé incroyablement lointain. Elle était si proche mais si éloignée en même temps. Pourtant, elle s’en rappelait comme si c’était hier…

      - Oui, l’attentat. Je me rappelle très bien de ce moment. Je n’étais pas dans le bâtiment. J’étais dans les bureaux du procureur. Ils sont situés près du palais, pas si loin que ça du FBI. J’étais en train de travailler sur un dossier quand une énorme explosion a fait vibrer toute la pièce. Je me suis précipitée à la fenêtre et j’ai vu de la fumée. Les gens criaient. C’est là que j’ai réalisé. Une explosion avait eu lieu. Après le onze septembre, les gens sont effrayés. Je n’aurai pas cru que ça arrive à Seattle. Ce n’est pas une ville particulièrement importante comparé à New York ou Washington. Je suis restée pétrifiée au carreau avant qu’un autre employé de l’étage ne vienne en criant qu’une bombe avait explosé au bureau du FBI. Je sais que j’avais réalisé avant qu’il ne forme les mots mais vous savez, ça ne pouvait juste pas arriver jusqu’à mon cerveau. Je pensais Seattle sure. C’est en partie pour cette raison que j’avais décidé de revenir ici. Mais nous ne sommes en sécurité nulle part. Bien sur que j’ai été choquée. Je mentirais si je disais le contraire. Mais je me sentais aussi détachée de l’événement.


    Flashback
    Sapphire avait fini par sortir du bâtiment en compagnie de collègues. Les sirènes des pompiers hurlaient à plein poumons leur mélodie sinistre alors que ses jambes la portaient vers un champ de ruines. Des gens pleuraient dans les coins. La blonde reconnut du coin de l’œil des gens qu’elle connaissait. Elle travaillait avec ces gens. La fumée acre lui brulait la gorge. Elle pensa soudainement aux amis qu’elle avait dans le bâtiment. Et si ? Elle ne pouvait pas imaginer qu’ils soient morts. C’était impossible. Elle écarquilla les yeux alors que les pompiers sortaient un corps sur une civière. Une main blême pendait vers le sol. Elle serra fermement la main de son assistant. Tout semblait être un cauchemar. Des gens avec qui elle collaborait attendaient inquiets d’avoir des nouvelles de leurs collègues. Combien allaient perdre la vie aujourd’hui ? Ça avait été un jour magnifique. Le soleil avait brillé en ce début de printemps. L’enfer s’était emparé de la ville, colorant de sang le ciel. Ses oreilles n’entendaient plus rien. Elle se laissa pousser vers un cordon de sécurité, amorphe. Plus rien ne serait plus jamais comme avant. Elle avait connu l’horreur mais il avait franchi un nouveau pas en ce jour funeste. On l'a ramena jusqu'au bureau du procureur, une tasse fut posée dans ses mains et elle resta là à attendre, le son de la télé résonnant comme une mélodie dans sa tête vide.
    Fin du flashback

    L’idée qu’elle aurait pu mourir si elle s’était trouvée là pour discuter d’un dossier lui avait mille fois effleuré l’esprit depuis. Le drame avait modifié son comportement. Quand elle voulait quelque chose, elle n’hésitait plus à le prendre. La vie était bien trop fragile pour qu’on la gâche bêtement en tergiversations diverses. Cela lui avait aussi permis de progresser dans son travail. Elle était douée pour obtenir la victoire. A chaque affaire, elle pensait aux proches de ceux qui étaient morts dans l'attentat. Au début, elle n'avait rien ressenti du tout. Et puis, ce n'était que deux jours plus tard qu'elle avait réalisé ce qui avait eu lieu. Elle avait pleuré pendant une journée entière. Mais ça, elle n'allait certainement pas en parler. Cela la touchait trop. Elle préférait parler de ses jeunes années plutôt que d'aborder ses émotions actuelles.



    ♣ Sachant que des événements aussi horribles peuvent arriver tous les jours, pourquoi avoir choisi ce métier ?

    La blonde resta silencieuse un moment, réfléchissant à la question. Pourquoi avait-elle choisi de faire ce métier ? C'était une question qu'elle s'était beaucoup posée. On lui avait demandé la même chose lors de son premier entretien d'embauche. Et elle donna la vraie réponse. Pas celle qu'on attendait d'elle, mais celle qu'elle ressentait vraiment.

      - Et bien, le droit a toujours été une valeur dans ma famille. Mon père a été juge à Seattle pendant des années. J’ai toujours été élevée au milieu de procès, de menaces et d’émulation intellectuelle. Ma mère était médecin. Nous n’avons fait que suivre leurs traces au final. Très tôt j’ai pris conscience de la réalité. J’étais jeune et à cette époque, une petite fille ne tombe pas sur des photos d’autopsie sur le bureau de son père. Je crois que j’ai été mure très tôt. A huit ans, je voulais faire comme mon père. Parce que je l’admirais bien sur mais surtout parce que je voulais réduire la tristesse des gens. Parce que tant qu’il y aura de l’horreur, alors il faudra toujours des gens pour tenter de la stopper. J’ai choisi de faire du droit pour condamner les criminels et pas pour les défendre...


    Elle se tut un instant. En ressassant son parcours, elle mesurait les progrès parcourus. Elle avait atteint son but. Il était relativement facile de devenir avocat mais devenir procureur demandait d'être dans les meilleurs. Elle avait été choisie. Peut être que c'était pour son nom mais elle espérait que ce n'était pas le cas. Elle l'espérait vraiment. On ne l'avait pas corrompue comme tant d'autres. On ne pouvait pas l'acheter pour de l'argent.

      Aujourd’hui, j’ai atteins mon but, devenir procureur. Je tente d’enrayer le mal. C’est peut être idéaliste mais je crois sincèrement qu’un jour, il n’y aura plus de crimes. Et si j’ai contribué ne serait que de façon minime minime à rendre la paix dans cette ville, alors je serai heureuse. Alors je ne serais pas morte pour rien. Etre procureur n’est pas facile. J’aurai pu mourir ce jour là. Je pourrais mourir chaque jour. Mais quand on a un idéal en tête, rien d’autre ne compte. La vie mène à la mort, c’est une évidence qu’on sait dès le départ. Il s’agit simplement de passer le temps qu’il nous reste de la meilleure manière possible. Mon père me demande souvent pourquoi je ne me marie pas et n’ai pas d’enfants. Bien sur, il faudrait déjà que j’ai trouvé un candidat mais je ne pourrais pas envisager d’avoir des enfants. Vous voyez, en côtoyant la misère et les crimes, vous ne pouvez plus envisager la vie de la même manière. Quand je vois des mères pleurer la mort de leurs enfants, je me dis que je ne pourrais pas le supporter. Le crime fait parti de mon quotidien et tant que je n’aurai pas la certitude que mon enfant ne risquera rien en marchant dans les rues de Seattle, je ne pourrai pas envisager de donner la vie. Je ne pardonnerai pas s’il arrivait quelque chose à mon enfant…


    Sapphire se mordit la lèvre, et affronta le regard du psychologue. Ses yeux ne reflétaient que la compréhension. Elle venait d'avouer l'une de ses pensées les plus profondes à un inconnu. Elle recroisa ses jambes et détourna la tête. Le silence s'installa et il lui parut durer des heures. D'ailleurs, depuis combien de temps était-elle ici ? Heureusement, l'homme sembla comprendre qu'elle voulait qu'il avance et enchaina.


    ♣ Avez-vous une enquête qui vous a marqué ? Aussi bien un très mauvais souvenir comme un happy-ending ?

      - La première affaire qu’on m’a affecté en tant que procureur m’a marqué. D’abord parce que c’était la première fois que j’étais seule sur un dossier et je me rappelle parfaitement du plaidoyer que j’ai fait ce jour là, de la couleur de mon tailleur, du nom du juge. Ce sont des éléments gravés dans ma mémoire. Il s’agissait de multiples d’effraction et de meurtre. Le suspect était un mineur de 19 ans qui avait fugué de sa dernière famille d’accueil. Il avait été placé en orphelinat après la mort de ses parents. Folder avait incendié plusieurs maisons pour motif personnel. Les victimes étaient toutes reliées aux familles d’accueil qu’il avait fréquentées. Nous avons découvert qu’il avait été maltraité et qu’il avait fini par se venger d’eux. J'ai insisté sur la mort d'enfants pour apitoyer les juges. Les victimes avaient souffert d'atroces souffrances avant de succomber au feu mais ce fut l'histoire du petit qui les émut le plus. J’ai réussi à gagner l’affaire. Il a été condamné à la peine de mort. Il sera exécuté dans trois ans. Je crois que finalement, tout s’est bien terminé.



    ♣ Pour finir, parlez moi de votre vie actuelle. Etes-vous marié ? Avez-vous divorcé ? Déménagé ?

    Sapphire se mordit la lèvre. Elle n'était pas du tout le genre de femme à aimer parler de sa vie privée, encore moins à des inconnus. Le mot psychologue la hérissait dès qu'elle était le sujet de leur attention. Pourtant, il fallait reconnaitre qu'ils étaient utiles. A vrai dire, elle aurait peut être eu moins de mal à répondre si elle en avait su elle même plus sur sa vie privée. Comment devait-elle se situer ? Célibataire, en couple ? Owen Matthewsen, le cœur du problème. Elle n'avait pas envie de s'étaler sur leur situation. Ils s'étaient rencontrés au tribunal. Il défendait le criminel qu’elle tentait de mettre en prison. Ce n’était pas le meilleur moyen de sympathiser. Pourtant, elle avait senti quelque chose alors qu’ils s’affrontaient à coup de plaidoyers. Et puis, ils avaient pris un café. Ils se tournaient autour depuis un mois. Sapphire ne savait pas trop ou elle en était. Owen n’était pas un modèle de fidélité. Il était tellement libre. Bien sur, elle ne cherchait pas non plus à se marier, mais elle voulait au moins des garantis, un signe qu’elle ne perdait pas son temps à espérer bêtement. Parfois, elle voulait vraiment faire le premier pas. Mais il fallait toujours que l’homme dise je t’aime en premier, on le lui avait appris à ses dépens. Alors, la blonde l’aguichait, jouait avec d’autres hommes pour le rendre jaloux. Il était resté plus ou moins de marbre. Un pas en avant, deux pas en arrière.

      - Est ce que vous êtes obligé de poser cette question ? Je veux dire ça appartient à ma vie privée et... Vraiment, je préférerai ne pas aborder un sujet si intime. J'habite à Seattle. J’ai commencé ma carrière d’avocate ici et comme je ne tenais pas particulièrement pas à repasser l’examen du barreau, j’ai continué dans cette ville. Et puis, c’est agréable. C’est près du Canada et j’aime le Canada.


    Comment ça, elle essayait de détourner la conversation ? Elle n'allait simplement pas tout dévoiler. D'ailleurs, elle en avait déjà trop dit. Elle bafouilla, signe de son extrême nervosité. C'était un signe qui ne trompait pas.

      - Vous n'avez pas besoin de savoir autre chose. Officiellement, je suis célibataire. Enfin, je veux dire que je suis célibataire, bien sur... Rappelez-moi pourquoi les procureurs doivent passer ces entretiens ?


    Sur le dossier, le psychologue écrivit en lettres capitales, vie privée compliquée. Et c’était bien tout le problème de la demoiselle. Il finit par lui serrer la main avant de la raccompagner à la porte. Une fois sortie du batiment, elle lâcha un profond soupir de soulagement. L'épreuve était terminée et finalement, elle y voyait plus clair dans sa vie. Tout cet entretien n'avait pas servi à rien.





    oO Don’t forget to remember me Oo

Spoiler:
 


Dernière édition par Sapphire E. Heller le Dim 30 Jan - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité




What you do it's who you are
Are you free for a moment?:
Are you doing something?: Aucune intrigue en cours
You & Other:
MessageSujet: Re: Maitre Heller - complicated relationship 100 % Mar 9 Nov - 19:10

Bienvenuuue :D

Eh bien voilà une fiche faite rapidement mais tout de même très agréable à lire
Je te valide miss, bon jeu parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité




What you do it's who you are
Are you free for a moment?:
Are you doing something?: Aucune intrigue en cours
You & Other:
MessageSujet: Re: Maitre Heller - complicated relationship 100 % Mar 9 Nov - 20:53

    Maggie Grace, je la trouve superbe cette fille !
    bienvenue & je te prie de me réserver un lien ! ♥️ :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité




What you do it's who you are
Are you free for a moment?:
Are you doing something?: Aucune intrigue en cours
You & Other:
MessageSujet: Re: Maitre Heller - complicated relationship 100 % Mar 9 Nov - 23:25

Merci Lora. Vivement que Kinder finisse Owen XD

Hé, hé, pas de soucis. Je t'en réserve un ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité




What you do it's who you are
Are you free for a moment?:
Are you doing something?: Aucune intrigue en cours
You & Other:
MessageSujet: Re: Maitre Heller - complicated relationship 100 % Mer 10 Nov - 14:36

Re bienvenue miss Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité




What you do it's who you are
Are you free for a moment?:
Are you doing something?: Aucune intrigue en cours
You & Other:
MessageSujet: Re: Maitre Heller - complicated relationship 100 % Mer 10 Nov - 14:45

Merci Leave ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité




What you do it's who you are
Are you free for a moment?:
Are you doing something?: Aucune intrigue en cours
You & Other:
MessageSujet: Re: Maitre Heller - complicated relationship 100 % Mer 10 Nov - 16:02

Rebienvenue =)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Maitre Heller - complicated relationship 100 %

Revenir en haut Aller en bas

Maitre Heller - complicated relationship 100 %

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Real Crime :: 
Have fun
 :: Corbeille
-